Publié le Laisser un commentaire

Bill Robinson : le magnifique “M. Bojangles”

Bill Robinson : le magnifique “M. Bojangles”

Bill Robinson : le magnifique "M. Bojangles"

De sa jeunesse à ses débuts éblouissants

Né le 25 mai 1878 à Richmond en Virginie, William Luther Robinson alias Bill Robinson se prend de passion pour la danse dès sa plus tendre enfance. Il devient orphelin dès son plus jeune âge et commence à danser dans la rue pour subvenir à ses besoins. Les habitants du quartier, émerveillés par sa capacité à se mouvoir, le surnomme alors “M. Bojangles” en hommage à ses talents de danseur, à sa légèreté et à sa joie de vivre.

Bill Robinson fait ses débuts dans des spectacles itinérants et des vaudevilles.

Il emménage à New York dans les années 1920 où il gagne rapidement en popularité. Ses performances à Broadway, notamment dans “Blackbirds of 1928”, le propulse sur le devant de la scène. Sa technique de danse unique, alliant élégance et rythme imparable, le hisse au rang de star faisant ainsi de “Bojangles” un nom reconnu.

Le style « Bojangles »

Bojangles est célèbre pour avoir popularisé un style de claquettes plus vertical et léger, contrastant avec les styles plus bas et rythmiques de l’époque. Il a aussi été un des premiers danseurs noirs à se produire en solo, brisant ainsi les conventions du duo noir et blanc dans le vaudeville qui était la règle à l’époque. 

Bill Robinson utilise sa notoriété en dehors des projecteurs pour lutter, durant toute sa carrière, contre la ségrégation et le racisme. Il est l’un des premiers artistes noirs à se produire dans des théâtres réservés aux blancs et œuvre activement à améliorer les conditions de vie des artistes noirs. Le commencement d’une nouvelle ère…

Une nouvelle étoile de la danse à Hollywood

Dans les années 1930, Bill Robinson fait une série de films à Hollywood, souvent en partenariat avec l’enfant star Shirley Temple (voir notre précédent article portrait sur l’artiste Shirley Temple). 

Ces films ont largement contribué à populariser le tap dance. 

Après sa mort en 1949, son héritage a continué d’inspirer des générations de danseurs.

Pour citer quelques unes de ses œuvres

  • “The Little Colonel” (1935)

  • “The Big Broadcast of 1936” (1935)
  • 
”In Old Kentucky” (1935)
  • 
”Hooray for Love” (1935)

  • “The Littlest Rebel” (1935)

  • “Dimples” (1936)
  • 
”One Mile from Heaven” (1937)
  • 
”On the Avenue” (1937)

  • “Rebecca of Sunnybrook Farm” (1938)

  • “Stormy Weather” (1943)

  • “Let’s Dance” (1950)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publié le Laisser un commentaire

Shirley Temple : L’Étoile Éternelle d’Hollywood

Shirley Temple : L’Étoile Éternelle d’Hollywood

Shirley Temple : L'Étoile Éternelle d'Hollywood

Née le 23 avril 1928 à Santa Monica en Californie, Shirley Temple, a laissé une empreinte indélébile dans l’histoire du cinéma. 
Sa carrière fulgurante débute  très tôt, dès l’âge de 3 ans, lorsqu’un agent de la Fox Film Corporation la repère et lui offre son premier rôle dans “War Babies” (1932). C’est alors le début d’une carrière extraordinaire qui la propulse très rapidement au rang de star mondiale.


Des débuts précoces jusqu’à l’ascension vers la gloire

Shirley Temple captive les foules avec son talent naturel et sa vivacité à l’écran. Premier enfant star de l’industrie cinématographique  numéro 1 du box office, elle devient très vite un symbole d’espoir pendant la Grande Dépression se hissant au rang d’icône, apportant de la joie et de l’optimisme dans une période sombre de l’histoire américaine. Sa popularité est telle que les studios de cinéma ajustent leurs scripts pour inclure des numéros de danse et de chant, pour le plus grand plaisir des spectateurs.


Des films légendaires

  • 
“Bright Eyes” (1934) – Shirley Temple a remporté un Academy Juvenile Award pour son rôle dans ce film, où elle a interprété la chanson emblématique “On the Good Ship Lollipop”.

  • Curly Top” (1935) – Elle a enchanté le public avec sa célèbre chanson “Animal Crackers in My Soup”, montrant ses talents de chanteuse et de danseuse.

  • Dimples” (1936) – Shirley Temple a joué le rôle de Dimples Appleby, une jeune artiste talentueuse qui rêve de devenir une vedette.

  • Heidi” (1937) – Son interprétation convaincante du personnage de Heidi a captivé les spectateurs du monde entier.


Le duo mythique avec Bill Robinson


L’un des chapitres les plus mémorables de sa carrière cinématographique est sa collaboration avec Bill Robinson, un danseur de claquettes et acteur afro-américain. Leur duo dans plusieurs films, notamment “The Little Colonel” (1935) et “Rebecca of Sunnybrook Farm” (1938), a transcendé les préjugés raciaux de l’époque. Ils ont brisé des barrières et établi une amitié chaleureuse qui a eu un impact significatif sur l’histoire d’Hollywood.


Sa vie après Hollywood


À l’adolescence, Shirley Temple connaît des difficultés dans la suite de sa carrière à Hollywood. Après un premier mariage à l’âge de 17 ans avec l’acteur John Agar où elle donne naissance à une petite fille, elle épouse par la suite le businessman Charles Alden Black et a 2 enfants. 
Après sa carrière cinématographique à laquelle elle met fin à l’âge de 20 ans, elle s’engage en politique à des postes diplomatiques, démontrant son intelligence et son engagement envers des causes importantes. En 1969, elle est ainsi nommée déléguée des États-Unis aux Nations unies par le président des Etats-Unis Richard Nixon, puis devient notamment ambassadrice des Etats-Unis au Ghana et en Tchécoslovaquie entre 1974 et 1992. 

Elle s’éteint en 2014 à l’âge de 85 ans de cause naturelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publié le Laisser un commentaire

Grégory Hines : Une légende du Tap Dance

Grégory Hines : Une légende du Tap Dance

Icône incontestée des claquettes, Gregory Hines a su, par son talent incontestable, laisser une empreinte indélébile dans l’histoire du Tap Dance.

Des débuts précoces dans le monde du spectacle

Né le 14 février 1946 à New York, baigné dans une famille d’artistes avec un père batteur de jazz et une mère danseuse de claquettes, Gregory Hines a fait ses premiers pas sur scène à l’âge de 3 ans, amorçant ainsi un voyage extraordinaire. Sa passion pour le Tap Dance s’est épanouie dès son plus jeune âge, façonnant sa personnalité rythmique unique.

Une révolution dans le Tap Dance

Ce jeune virtuose a rapidement révolutionné le monde du Tap Dance en fusionnant des éléments traditionnels avec des innovations modernes, créant ainsi un langage de danse au style unique qui a transcendé des générations de danseurs.

Triomphes à Broadway et au cinéma

Sa carrière prolifique l’a conduit à Broadway, où il a brillé dans des productions emblématiques comme “Eubie!” et “Jelly’s Last Jam”, remportant même un Tony Award à cette occasion. Gregory Hines a également conquis le grand écran en tant qu’acteur avec des films tels que “White Nights” et “Tap“, démontrant, si cela était encore nécessaire, tous ses talents de danseur et percussionniste.

Un ambassadeur des claquettes

La passion de Grégory Hines pour l’art des claquettes a dépassé les frontières scéniques pour s’étendre à la chorégraphie et à l’enseignement. Il a inspiré des générations de danseurs grâce à son charisme et à son engagement envers la préservation et l’innovation du Tap Dance.

Héritage et Influence

Bien que Gregory Hines nous ait quittés prématurément le 9 août 2003, son héritage résonne toujours. Sa contribution extraordinaire à l’art du Tap Dance continue d’inspirer les danseurs du monde entier, préservant ainsi sa mémoire et sa vision d’une danse transcendant les limites du temps et de l’espace.

Gregory Hines demeure ainsi une étoile brillante du Tap Dance.

Sa vie et son œuvre ont élargi les horizons des claquettes, laissant une empreinte indélébile qui résonne à travers les générations.

Son style novateur, son charisme et son engageant envers l’art du Tap Dance en font un pilier intemporel de cette discipline. Un artiste dont l’influence continue d’illuminer les scènes et d’inspirer les danseurs en quête d’expression rythmique et de créativité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *