Bill Robinson : le magnifique “M. Bojangles”

Bill Robinson : le magnifique "M. Bojangles"

De sa jeunesse à ses débuts éblouissants

Né le 25 mai 1878 à Richmond en Virginie, William Luther Robinson alias Bill Robinson se prend de passion pour la danse dès sa plus tendre enfance. Il devient orphelin dès son plus jeune âge et commence à danser dans la rue pour subvenir à ses besoins. Les habitants du quartier, émerveillés par sa capacité à se mouvoir, le surnomme alors “M. Bojangles” en hommage à ses talents de danseur, à sa légèreté et à sa joie de vivre.

Bill Robinson fait ses débuts dans des spectacles itinérants et des vaudevilles.

Il emménage à New York dans les années 1920 où il gagne rapidement en popularité. Ses performances à Broadway, notamment dans “Blackbirds of 1928”, le propulse sur le devant de la scène. Sa technique de danse unique, alliant élégance et rythme imparable, le hisse au rang de star faisant ainsi de “Bojangles” un nom reconnu.

Le style « Bojangles »

Bojangles est célèbre pour avoir popularisé un style de claquettes plus vertical et léger, contrastant avec les styles plus bas et rythmiques de l’époque. Il a aussi été un des premiers danseurs noirs à se produire en solo, brisant ainsi les conventions du duo noir et blanc dans le vaudeville qui était la règle à l’époque. 

Bill Robinson utilise sa notoriété en dehors des projecteurs pour lutter, durant toute sa carrière, contre la ségrégation et le racisme. Il est l’un des premiers artistes noirs à se produire dans des théâtres réservés aux blancs et œuvre activement à améliorer les conditions de vie des artistes noirs. Le commencement d’une nouvelle ère…

Une nouvelle étoile de la danse à Hollywood

Dans les années 1930, Bill Robinson fait une série de films à Hollywood, souvent en partenariat avec l’enfant star Shirley Temple (voir notre précédent article portrait sur l’artiste Shirley Temple). 

Ces films ont largement contribué à populariser le tap dance. 

Après sa mort en 1949, son héritage a continué d’inspirer des générations de danseurs.

Pour citer quelques unes de ses œuvres

  • “The Little Colonel” (1935)

  • “The Big Broadcast of 1936” (1935)
  • 
”In Old Kentucky” (1935)
  • 
”Hooray for Love” (1935)

  • “The Littlest Rebel” (1935)

  • “Dimples” (1936)
  • 
”One Mile from Heaven” (1937)
  • 
”On the Avenue” (1937)

  • “Rebecca of Sunnybrook Farm” (1938)

  • “Stormy Weather” (1943)

  • “Let’s Dance” (1950)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *